Imprimer

Compréhension de la contribution d'ATM cytoplasmique à la fonction des leucocytes dans l'AT– Pablo Vargas - 100 000 € - 3 ans


CBI_toulouseL'Institut Curie est bien connu des familles AT: c'est lui qui réalise la confirmation génétique de la maladie au moment du diagnostic et caractérise l'altération du gène. Sous l'égide de la professeure Dominique Stoppa-Lyonnet, la présidente de notre comité scientifique, l'étude CoFAT est aussi réalisée par l'Institut.

Mais c'est le projet d'une autre équipe de recherche, le groupe MOTILE, spécialisée dans la compréhension de la migration des cellules entre des organes distants, qui a été retenu par le comité scientifique d'ATEurope.

Pablo VargasEmmenée par Pablo Vargas, l'équipe MOTILE est partie du constat que le déficit immunitaire s'exprime de manière très variable dans l'AT. L'hypothèse soulevée pour l'expliquer est que la présence ou l'absence de substrats d'ATM dans le cytoplasme des leucocytes (globules blancs) influence leur action.

Pour rappel, les leucocytes sont des "patrouilleurs" de l'immunité. Ils inspectent les cellules pour agir si elles ne sont plus viables, comme contre les cellules cancéreuses. Or, la mobilité des leucocytes semblant impactée par des mutations sur ATM, elle pourrait expliquer les cancers plus fréquents et certaines différences dans les déficits immunitaires de l'AT.

Tout le travail de Pablo Vargas et de son équipe va être d'explorer cette relation et, si elle est avérée, de tester des molécules de la pharmacopée existante avec l'espoir de restaurer en grande partie l'immunité des malades, notamment leur aptitude à lutter contre les processus cancéreux.

Les résultats sont attendus pour l’automne 2023.